CSLC

CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA LIBERTÉ DE COMMUNICATION

Site web Officiel

Vœux à la presse

Discours du Président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, Monsieur Philippe MVOUO à l’occasion des vœux à la Presse Brazzaville le 12 Janvier 2024

  • Monsieur le  Vice-Président  du  Conseil  Supérieur  de  la  Liberté  de Communication ;
  • Madame la Secrétaire-Comptable du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication ;
  • Messieurs les Hauts-Conseillers ;
  • Monsieur le Secrétaire Général du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication ;
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Organes audiovisuels Publics et privés ;
  • Messieurs les Directeurs de publications ;
  • Messieurs les Directeurs Généraux des entreprises de Télédistribution ;
  • Mesdames et Messieurs du Personnel du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication ;

Chers amis,

Comme un fleuve qui n’arrête pas ses eaux de couler ou de charrier sa charge d’alluvions,

  1. comme toutes les autres avant, bien avant et toujours sur la parabole du temps, a vécu et est passée laissant dans son sillage des souvenirs douloureux, mais aussi fort heureusement, ceux joyeux.

2023 nous laisse alors sur les berges d’une espérance nouvelle qui nous éloigne de la fatalité.  2023 nous a portés et nous a déposés dans le lit de 2024. Nous y voici. Mais, avant de plonger dans son creux douillet, je vous prie de souffrir, l’instant d’une minute, de penser à tous les professionnels des médias qui nous ont quitté courant 2023, avec cette pensée spéciale pour Salomon PANGOU qui n’est pas encore porté en terre.

Merci chers amis, et Merci aussi d’avoir répondu si massivement à notre invitation. Votre présence, encore nombreuse, ce matin honore notre Institution et nous rassure de votre disponibilité constante à travailler avec le Conseil, pour construire ensemble et soigner davantage l’image de notre pays, le Congo, à travers une gestion méthodique de nos médias et une pratique responsable du métier de journaliste.

 Participer efficacement à la construction de la gouvernance tous azimut de notre pays est notre devoir commun, parce que la houle qui secoue le monde entier aujourd’hui soulève une aspiration plus grande à plus de démocratie et aussi de souveraineté des Etats et des peuples.  La Liberté d’information et d’expression se donne alors une bonne place contributrice à la réalisation de ses  aspirations  des  peuples  et  de la société de l’information  et  de la communication.

Chers amis de la Presse, 

Revenons un peu à 2023 pour regretter nos échecs, nos incompréhension, nos litiges mal assumés et mal gérées, nos manquements et parfois nos égos débordants et  dépersonnalisant qui poussent à l’abus de personnalité. Nous avons dans notre corporation, soufferte de toutes ses insalubrités comportementales qui ont parfois terni l’image, et du Conseil, et de toute la famille journalistique. 

Aujourd’hui, tournons la page et en toute humilité, battons notre coulpe, regrettons, oublions et renaissons avec la nouvelle année dans un style nouveau de travail et de collaboration. Retenons de bien et de beau de 2023, la métamorphose du paysage médiatique avec l’émergence  fulgurante  des  médias  en  ligne,  internet  aidant  avantageusement  à  cette métamorphose en permettant à la parole de prendre son assise expressionniste.

Mais à contrario, avec 2023, déplorons l’usage pernicieux et criminel des « Réseaux sociaux » aux fins de violer la morale, d’ébranler l’éthique et de saboter la déontologie journalistique. Pourtant les réseaux sociaux ne sont pas un mal en soi. C’est une avancée louable avec le numérique qui permet la fluidité de l’information, la facilitation du commerce relationnelle et le partage sous toutes ses formes.

Mes chers amis,

2024 est là. Cette année nous a grandement ouvert ses bras. Comme bien des années avant celle impactée par la terrible et douloureuse crise du Covid-19, nous avions toujours célébré chaque nouvelle année par ce type de retrouvailles qui nous comblent de joie, de grâces et nous redonne confiance en nous-mêmes et en notre Institution. 

Mais au-delà des réjouissances, c’est un nouvel élan d’ensemble marqué par un nouvel engagement au travail bien fait, à la bonne collaboration et aux résultats positifs. Pour le régulateur, les grands rendez-vous de travail en 2024, suivants sont attendus :

  • En février, le Conseil entend lancer deux campagnes d’envergure à savoir :
  1. la campagne pour la citoyenneté en ligne. 

Il nous souvient que le 28 novembre dernier, dans son discours sur l’état de la Nation devant le Parlement réuni en congrès, le Président de la République a fait observer le mauvais usage des réseaux sociaux par ceux des internautes qui s’en servent à travers la désinformation, l’intox,  le  mensonge,  la  manipulation  de  l’opinion,  pour  déstabiliser  les  Institutions républicaines.

Le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, organe Constitutionnel chargé de réguler la communication, s’est vu interpeller et, pour toute action en guise de réponse à cet appel, il va donc, courant mois de février procéder à une campagne de sensibilisation et de conscientisation des internautes congolais à un usage citoyen des réseaux sociaux en encourageant l’adoption de comportements responsables dans la publication et le partage des contenus en ligne.

  1. La deuxième campagne à lancer en février aussi, concerne le domaine de la publicité.  

En effet, la publicité dans notre pays, il faut se le dire, est mal organisée au point où elle ne profite pas à nos médias. Cette campagne débutera par une conférence qui réunira tous les acteurs proches ou œuvrant dans le domaine de la publicité : la mairie, les agences de publicités, les grands annonceurs, les médias et j’en passe.   

  • Le 03 mai 2024. C’est la journée mondiale de la Liberté de la Presse. Le presque – raté de l’année dernière ne se répétera plus ; soyez-en rassurés.
  • Le 31 mai 2024, comme énoncée en 2023, tous avons émis les vœux que cette journée soit désormais  retenue  et  célébrée  comme journée du régulateur. Nous nous retrouverons donc pour sa deuxième édition, histoire de l’inscrire déjà sur les pages de l’histoire de la presse congolaise.
  • Juin   Tenue  du  Colloque  International  sous  la  thématique  du  Discours de haine ».

Annoncé en 2023, ce colloque allait se dérouler le 18 octobre 2023. Mais, un événement beaucoup plus grand, organisé dans la même période à savoir, le Sommet des Trois Bassins de forêts tropicales a fait que l’on reporte ce colloque en 2024.

 Mes chers amis,

A côté de ces grands rendez-vous, d’autres actions seront ménées,par exemple, la reprise de la vulgarisation de la carte de presse que vous ,professionnels, marquez, à tord, pour elle, une curieuse  insensibilité  méprisante,  oubliant  que  c’est  elle  qui  vous  identifie  comme professionnels et garantit votre personnalité de journaliste.

On retiendra aussi la vulgarisation de la nouvelle loi organique n°27- 2022 du 29 juin 2022 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n°4-2003 du 18 janvier 2003 déterminant les missions, l’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil supérieur de la liberté de communication.

L’année 2024 s’annonce donc belle et riche en événements qui, je l’espère, rehausseront encore, au mieux de son importance et de son indispensabilité, l’image du Conseil supérieur de la liberté de communication au sein du concert des Institutions constitutionnelles de notre pays.

En allumant donc l’enseigne de cette année 2024, laissons-la éclairer nos jours et nos nuits, ne la ternissons point et, surtout, ne l’éteignons pas. Par le travail bien fait, nourri de l’aspiration

  • l’excellence, garantissons à notre métier, sa noblesse et toute sa noblesse, pour qu’il soit respecté et protégé.

C’est sur ces mots que je m’en vais vous souhaiter au nom des Membres et du personnel du Conseil supérieur de la liberté de communication et au mien propre, joie, prospérité et santé durant cette année 2024. 

Comme  couramment dit : Bonne année !

Je vous remercie.

Retour en haut